Communication Résidences 2018 - Les Pavillons de la Serpentine Gallery

Le but du pavillon est de familiariser le grand public avec l’architecture, sans faire appel à des maquettes, dessins ou photos. L’architecture est sentie, touchée, vécue par le public, qui peut comparer les pavillons année après année et faire part de leurs expériences personnelles. L’architecture est vécue comme expérience engageante, personnelle et enrichissante.

 

La galerie offre une présentation unique de la pratique architecturale contemporaine par une équipe d’experts, en poussant les limites du langage architectural. C’est un processus qui met en parallèle la façon de concevoir et présenter des expositions d’art. Ce processus fait suite à une longue tradition qui consiste à intervenir drastiquement sur les structures extérieures (le bâtiment) et intérieurs (les salles d’exposition) de la galerie afin de modifier la perception des visiteurs de la Serpentine et de ses environs. Architectes, ingénieurs et artistes travaillent ensemble pour le pavillon où la prouesse technique se conjugue avec l’imagination artistique.

 

La Serpentine Gallery a un programme pédagogique très riche, pour les visiteurs de tous les âges avec une grille d’activités assez complexes : résidences pour artistes, ateliers avec les écoles, développements professionnels pour les jeunes professeurs, travail en équipe ou en famille, projets à long terme qui engagent les communautés marginalisées et désavantagées, séminaires, lectures, symposium d’art et architecture.

L’existence du pavillon est possible grâce aux partenaires, fondations, donations privées, collecte de fonds et autres activités.

(in Wikipedia)


Deux rétrospectives remarquables


Serpentine Pavillon by SelgasCano ( José Selgas and Lucía Cano), Agence espagnole d’architecture

Juin 2015

Location: Kensington Gardens, west London

le pavillon d’été du centre d’art londonien ouvrira au public jeudi 25 juin. Cette structure temporaire, réalisée en membrane plastique ETFE, a été imaginée par l’agence espagnole d’architecture SelgasCano.

 

Invités à créer la quinzième de ces architectures temporaires, les architectes madrilènes José Selgas and Lucía Cano ont en effet décidé de stimuler la perception des visiteurs.

 

Ils leur proposeront de pénétrer dans ce qui pourrait être le labyrinthe du bonheur et d’y expérimenter, sur 179 m², les variations d’ombres et de lumières, de transparence et de couleurs.

 

Sur une structure en acier, les architectes ont pour cela tissé une double peau multicolore de membrane plastique ETFE. Ce cocon chaotique leur a été inspiré par le site bucolique mais aussi, paraît-il, par les habitudes de déplacements des Londoniens et notamment leur mouvement perpétuel dans les tunnels du métro.

 

Pendant tout l’été et une partie de l’automne, le pavillon sera ouvert à la visite de 10 heures à 18 heures et se fera, la nuit venue, un lieu d’événements.C’est alors qu’il irradiera telle une luciole dopée aux substances illicites.

 

Ces pavillons d’été qui se succèdent depuis l’an 2000 sur ces pelouses anglaises ont jusqu’alors reçu jusqu’à 300 000 visiteurs par édition.

 

Devenu en quinze ans un rendez-vous incontournable, l’événement repose sur le financement de mécènes

Et sur la revente du pavillon à la fin de l’été, qui peut couvrir plus de 40 % du coût de l’opération. Les candidats à l’achat de la luciole hypnotique de l’agence SelgasCano devront, eux, patienter jusqu’à sa fermeture, le 18 octobre prochain.

 

Il est vrai que la collection d’architectures produite par la Serpentine Gallery porte des signatures prestigieuses.

Jusqu’ici, les amateurs ont ainsi pu s’offrir des créations d’Oscar Niemeyer, Zaha Hadid, Sanaa, Peter Zumthor, Frank Gehry

in Le Moniteur lev22/06/2015

 



Serpentine Pavillon by SANAA - by Kazuyo Sejima and Ryue Nishizawa

Dates: 12 Jul – 18 Oct 2009
Location: Kensington Gardens, west London

Chaque été à Londres, les jardins de Kensington voient pousser un pavillon d’exposition temporaire.

La galerie d’art Serpentine passe commande auprès d’un architecte qui n’a jamais construit encore sur le sol britannique.

 

Après l’Américain Frank Gehry en 2008, c’est au tour des Japonais Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa de l’agence Sanaa. Ils recevront l’aide d’ingénieurs structures : Mutsuro Sasaki pour le bureau Saps ; David Glover, Ed Clark et Cecil Balmond pour le bureau Arup.

 

Selon les organisateurs, les débats publics sur l’art et l’architecture qui s’y déroulent – ainsi que la présence d’un café – attirent chaque été « plus de 250.000 visiteurs ». Pas une livre sterling ne sera déboursée par la galerie sur cette opération : « Le pavillon est payé grâce aux sponsors, aux particuliers et à la revente de la structure ». Une fois la saison estivale achevée (juillet-octobre), l’édifice éphémère disparaît des jardins de Kensington aussi vite qu’il y était apparu.

in "le moniteur le 04/03/2009)